1974 - Barge

An 1974
Navire Barge
Lieu Canal de Duwamish, USA
Type de cargo En colis
Produits chimiques BIPHENYLES POLYCHLORES

Résumé

Le 13 septembre 1974, un transformateur électrique est tombé sur le quai d'une grue qui le chargeait dans une barge sur la Duwamish Waterway, Seattle, qui est un affluent du chenal de navigation vers la Puget Sound, Etats-Unis. Le transformateur était colisé dans une caisse en bois et fixé avec des boulons sur une palette de 4 pouces x 4 pouces. Au moment du hissage de la caisse, une ou deux des planches de la palette se sont rompues au niveau du point de boulonnage. Le transformateur est tombé sur le quai et a été percé. La plus grosse partie du mètre cube de biphényle polychloré (PCB), utilisé comme réfrigérant dans le transformateur, s'est répandu sur le quai et dans la Duwamish Waterway toute proche.

La Duwamish Waterway est un itinéraire important emprunté par les poissons anadromes qui remontent la rivière pour frayer. On a pris conscience des risques seulement quatre jours après le déversement lorsque le personnel de laboratoire et les plongeurs sont arrivés pour examiner les lieux. Les plongeurs pouvaient discerner des flaques de PCB au fond de cette voie navigable de 8 mètres de profondeur.

narratif

Le 13 septembre 1974, un transformateur électrique est tombé sur le quai d'une grue qui le chargeait dans une barge sur la Duwamish Waterway, Seattle, qui est un affluent du chenal de navigation vers la Puget Sound, Etats-Unis. Le transformateur était colisé dans une caisse en bois et fixé avec des boulons sur une palette de 4 pouces x 4 pouces. Au moment du hissage de la caisse, une ou deux des planches de la palette se sont rompues au niveau du point de boulonnage. Le transformateur est tombé sur le quai et a été percé. La plus grosse partie du mètre cube de biphényle polychloré (PCB), utilisé comme réfrigérant dans le transformateur, s'est répandu sur le quai et dans la Duwamish Waterway toute proche.

La Duwamish Waterway est un itinéraire important emprunté par les poissons anadromes qui remontent la rivière pour frayer. On a pris conscience des risques seulement quatre jours après le déversement lorsque le personnel de laboratoire et les plongeurs sont arrivés pour examiner les lieux. Les plongeurs pouvaient discerner des flaques de PCB au fond de cette voie navigable de 8 mètres de profondeur.

Reprendre

Le 9 octobre, on a fait venir une unité de traitement chimique spéciale, de cinquante tonnes. Cet équipement avait été, dans le passé, fréquemment utilisée par l'Environmental Emergency Response Unit de l'EPA (Unité d'intervention d'urgence de l'Agence américaine de protection de l'environnement). On a d'abord dragué la zone à l'aide d'un appareil de
succion tenu en main et manipulé par les plongeurs, relié à une pompe et à une citerne de stockage sur une barge (Figure 1). Les plongeurs ont récupéré 30 pour cent du produit en draguant la boue du fond, jusqu'à une profondeur de 0,5 mètre. Pendant le dragage, le niveau du fond de la rivière faisait l'objet de vérifications au moyen d'un fathomètre en divers points de la zone affectée par le déversement. Les vérifications de profondeur étaient effectuées à bord d'un cotre du Service des garde-côtes qui était présent pendant toute la durée de l'opération. Le périmètre de la zone contaminée de la rivière était délimité physiquement par un rideau de bulles d'air produit par un tuyau d'incendie perforé, déposé sur le fond tout autour de la zone. Le but de ce rideau de bulles était double: 1) protéger les poissons migrateurs; et 2) empêcher la dispersion du PCB.

La boue contaminée était alors placée dans l'unité de traitement physique/chimique qui était utilisée pour traiter de l'eau contaminée par des matières dangereuses. L'unité est mobile, montée sur une remorque tractée. Elle comporte des citernes pour la floculation/sédimentation, filtration et adsorption au charbon actif (Figure 2). L'eau contaminée est pompée dans une citerne de décantation dans laquelle interviennent la floculation et la sédimentation. Le liquide clarifié est tiré et passé au travers d'une série de filtres à couches mixtes et finalement dans des colonnes d'adsorption au charbon actif. Les résidus boueux sont retirés de la citerne de décantation et stockés pour élimination définitive. Il est possible de sauter chaque étape. 2 300 m3 ont ainsi été manutentionnés par cette unité et purifiés par décantation et filtration en utilisant du Nalco 634, un polyélectrolyte. Cet agent a été choisi après des essais avec plusieurs autres agents. On a recueilli 215 fûts de boue contaminée par le PCB, qui ont été évacués plus tard vers un site spécial en vue de leur élimination définitive.

Dernière modification 2020-12-09T12:11:14+00:00