1982 - Chem 112

An 1982
Navire Chem 112
Lieu Baie Ouest de Galveston, USA
Type de cargo En vrac
Produits chimiques ACRYLONITRILE

Résumé

L'éperonnage du pont de Galveston's Bay, Etats-Unis, est survenu le 3 janvier 1982, à 03h00, dans le brouillard avant l'aube, alors que le remorqueur Beth poussait une barge (Chem 112) et une autre barge d'acrylonitrile, dans la direction de l'est, le long de la Gulf Intracoastal Waterway, à une vitesse d'environ 3 nœuds (voir Figure 1 pour le lieu et le scénario de l'accident). L'Intracoastal Waterway est une voie navigable, en partie artificielle, en partie naturelle, qui s'étend sur 1 800 km de la Floride jusqu'à la frontière mexicaine, à Brownsville, et qui relie les ports du Golfe à de nombreuses villes des Etats-Unis par l'intermédiaire du système fluvial du pays. Les barges ont transporté sur la Waterway environ 100 millions de tonnes de marchandises en 1982, y compris des produits pétroliers raffinés, des céréales, du charbon et des produits pétrochimiques. Le pont très bas (une hauteur d'air de seulement deux mètres entre la surface de l'eau et la partie inférieure de la structure) était en train d'être relevé quand il a été heurté par la barge Chem 112, la première du train de barges. Deux des trois citernes de la barge se rompirent sous le choc, déversant leur contenu. Le liquide inflammable de la première citerne a pris feu immédiatement et a explosé, suivi quelques minutes plus tard par l'acrylonitrile de la deuxième citerne. Le souffle de l'explosion a fait voler en éclats les fenêtres du poste de contrôle du pont. L'opérateur a été transporté à l'hôpital pour être soigné d'une inhalation de fumée et est sorti quelques heures plus tard.

L'acrylonitrile est un produit chimique intermédiaire utilisé dans la fabrication des fibres acryliques, des matières plastiques et des élastomères. Du point de vue humain, il présente un triple danger: il est hautement inflammable, toxique et se polymérise avec une grande intensité. Il a un point d'éclair de 0º C, ce qui signifie que ses vapeurs deviennent inflammables à toute température au-dessus du point de fusion. Les vapeurs se consument tellement rapidement qu'il semble qu'elles explosent, tout particulièrement dans un espace confiné.

Lorsque l'acrylonitrile brûle il dégage du cyanure d'hydrogène et/ou du phosgène (oxychlorure de carbone). Les incendies d'acrylonitrile peuvent être éteints avec des mousses résistantes aux alcools, des produits chimiques secs et du dioxyde de carbone (gaz carbonique).

L'acrylonitrile est toxique sous forme liquide comme sous forme de vapeur et peut être létal à fortes concentrations. On a pu observer qu'il est cancérigène si la période d'exposition est prolongée. Mais une exposition de courte durée ne semble pas causer de dommage permanent une fois que la personne s'est remise d'une exposition aiguë.

Etant donné que l'acrylonitrile a tendance à se polymériser au cours du transport et du stockage, on ajoute au liquide un inhibiteur qui empêche temporairement cette réaction. Sans inhibiteur, la réaction devient incontrôlée et la chaleur ainsi libérée peut provoquer une explosion du produit chimique, notamment lorsque celui-ci est dans un récipient.

Répandu dans le milieu marin, l'acrylonitrile se dissout et s'évapore.

narratif

L'éperonnage du pont de Galveston's Bay, Etats-Unis, est survenu le 3 janvier 1982, à 03h00, dans le brouillard avant l'aube, alors que le remorqueur Beth poussait une barge (Chem 112) et une autre barge d'acrylonitrile, dans la direction de l'est, le long de la Gulf Intracoastal Waterway, à une vitesse d'environ 3 nœuds (voir Figure 1 pour le lieu et le scénario de l'accident). L'Intracoastal Waterway est une voie navigable, en partie artificielle, en partie naturelle, qui s'étend sur 1 800 km de la Floride jusqu'à la frontière mexicaine, à Brownsville, et qui relie les ports du Golfe à de nombreuses villes des Etats-Unis par l'intermédiaire du système fluvial du pays. Les barges ont transporté sur la Waterway environ 100 millions de tonnes de marchandises en 1982, y compris des produits pétroliers raffinés, des céréales, du charbon et des produits pétrochimiques. Le pont très bas (une hauteur d'air de seulement deux mètres entre la surface de l'eau et la partie inférieure de la structure) était en train d'être relevé quand il a été heurté par la barge Chem 112, la première du train de barges. Deux des trois citernes de la barge se rompirent sous le choc, déversant leur contenu. Le liquide inflammable de la première citerne a pris feu immédiatement et a explosé, suivi quelques minutes plus tard par l'acrylonitrile de la deuxième citerne. Le souffle de l'explosion a fait voler en éclats les fenêtres du poste de contrôle du pont. L'opérateur a été transporté à l'hôpital pour être soigné d'une inhalation de fumée et est sorti quelques heures plus tard.

L'acrylonitrile est un produit chimique intermédiaire utilisé dans la fabrication des fibres acryliques, des matières plastiques et des élastomères. Du point de vue humain, il présente un triple danger: il est hautement inflammable, toxique et se polymérise avec une grande intensité. Il a un point d'éclair de 0º C, ce qui signifie que ses vapeurs deviennent inflammables à toute température au-dessus du point de fusion. Les vapeurs se consument tellement rapidement qu'il semble qu'elles explosent, tout particulièrement dans un espace confiné.

Lorsque l'acrylonitrile brûle il dégage du cyanure d'hydrogène et/ou du phosgène (oxychlorure de carbone). Les incendies d'acrylonitrile peuvent être éteints avec des mousses résistantes aux alcools, des produits chimiques secs et du dioxyde de carbone (gaz carbonique).

L'acrylonitrile est toxique sous forme liquide comme sous forme de vapeur et peut être létal à fortes concentrations. On a pu observer qu'il est cancérigène si la période d'exposition est prolongée. Mais une exposition de courte durée ne semble pas causer de dommage permanent une fois que la personne s'est remise d'une exposition aiguë.

Etant donné que l'acrylonitrile a tendance à se polymériser au cours du transport et du stockage, on ajoute au liquide un inhibiteur qui empêche temporairement cette réaction. Sans inhibiteur, la réaction devient incontrôlée et la chaleur ainsi libérée peut provoquer une explosion du produit chimique, notamment lorsque celui-ci est dans un récipient.

Répandu dans le milieu marin, l'acrylonitrile se dissout et s'évapore.

Reprendre

Immédiatement après l'explosion, l'équipage du Beth a découplé les deux barges du remorqueur, qui a dérivé le long de la voie d'eau pour finir par s'échouer sur un banc à environ 11,5 km de distance. Quelque 20 minutes après la collision, le contenu de la troisième citerne a pris feu mais, la deuxième barge, toujours accouplée à la barge Chem 112, n'a pas été affectée.

La Garde-Côte des Etats-Unis et d'autres officiels sur place décidèrent que le mieux était de désaccoupler les deux barges, de laisser la cargaison se consumer et d'asperger d'eau la deuxième barge pour la refroidir. A 07h30, après que le produit chimique ait brûlé pendant une heure et que l'on ait surveillé la situation pour évaluer le comportement de la cargaison en feu , trois membres de la Garde-Côte montèrent à bord des barges pour les séparer.

Après avoir mis un masque à gaz, l'un deux monta à bord des barges à partir d'une vedette de patrouille que l'on avait positionnée du côté du vent. Quinze minutes suffirent pour déconnecter les verrous tournants et détacher les filins métalliques qui reliaient les deux barges. La deuxième barge a été mise à l'écart et Chem 112 amarrée sur une ancre pendant que l'on laissait sa cargaison se consumer.

Les autorité locales décidèrent d'évacuer 12 familles qui, pourtant, habitaient assez loin de la barge en feu. La société de produits chimiques avait du personnel sur place pour contrôler les concentration du produit dans l'atmosphère et dans l'eau. Mais comme aucune trace de fumées toxiques n'avait été décelée, le 4 janvier les évacués ont été autorisés à retourner dans leurs foyers.Alors que la route entre les Etats adjacents n'avait été fermée à la circulation que pendant deux heures, il a fallu attendre cinq jours avant que le pont
endommagé, la seule liaison ferroviaire entre le continent et Galveston et ses installations portuaires, soit rouvert au trafic. Heureusement, les stocks de céréales dans les silos du port étaient suffisants pour effectuer les exportations prévues alors que des camions assuraient quelque 15% du trafic de conteneurs normalement effectué par rail. Il est également très heureux que le pont ait déjà été aussi relevé qu'il était au moment de l'impact autrement le pont tout entier aurait pu être complètement détruit.

Dernière modification 2020-12-09T12:11:00+00:00