1989 - Oostzee

An 1989
Navire Oostzee
Lieu Anse Allemande
Type de cargo En colis
Produits chimiques EPICHLORHYDRINE

Résumé

Le navire de charge néerlandais Oostzee a rencontré une tempête alors qu'il faisait route de Rotterdam vers Leningrad le 18 juillet 1989. Dans sa cargaison, il emportait 975 tonnes d'épichlorhydrine dans 3 900 fûts (250 kg/fût), arrimés en position droite, sans saisines, sur l'entrepont supérieur. Des fûts remplis, arrimés autour des fûts vides, ont ripé pendant
la tempête et ont fait pression sur les fûts vides, provoquant un ripage plus prononcé et des dommages.

L'épichlohydrine est un liquide hautement toxique et inflammable. Il peut être mortel par absorption cutanée ou par inhalation. Il est corrosif et provoque de graves brûlures aux yeux et à la peau. C'est un cancérigène pour l'homme. Ses vapeurs sont plus lourdes que l'air et peuvent flotter vers une source d'inflammation et provoquer un retour de flammes. La combustion peut produire des gaz irritants et toxiques, y compris du chlorure d'hydrogène.

narratif

Le navire de charge néerlandais Oostzee a rencontré une tempête alors qu'il faisait route de Rotterdam vers Leningrad le 18 juillet 1989. Dans sa cargaison, il emportait 975 tonnes d'épichlorhydrine dans 3 900 fûts (250 kg/fût), arrimés en position droite, sans saisines, sur l'entrepont supérieur. Des fûts remplis, arrimés autour des fûts vides, ont ripé pendant
la tempête et ont fait pression sur les fûts vides, provoquant un ripage plus prononcé et des dommages.

L'épichlohydrine est un liquide hautement toxique et inflammable. Il peut être mortel par absorption cutanée ou par inhalation. Il est corrosif et provoque de graves brûlures aux yeux et à la peau. C'est un cancérigène pour l'homme. Ses vapeurs sont plus lourdes que l'air et peuvent flotter vers une source d'inflammation et provoquer un retour de flammes. La combustion peut produire des gaz irritants et toxiques, y compris du chlorure d'hydrogène.

Reprendre

Le navire a reçu comme instruction de la German Shipping Administration de jeter l'ancre à un endroit proche de Cuxhaven. Les fûts qui fuyaient ont créé une atmosphère dangereuse qui a provoqué des empoisonnements par inhalation des membres de l'équipage. En conséquence, tous les 14 membres de l'équipage ont dû être hospitalisés pendant 10 jours. Dans les cales à cargaison, on a constaté qu'un grand nombre de fûts endommagés et qui fuyaient étaient mélangés à des marchandises diverses et que l'atmosphère était hautement toxique. Dans un premier temps, une partie de l'épichlorhydrine qui s'était répandue dans la cale a été pompée et transportée vers un lieu d'élimination. Le navire a ensuite a été déplacé vers un port de l'Elbe qui était mieux équipé, mais tout de suite après, pour des raisons de sécurité, il a été déplacé vers un port moins peuplé dans l'estuaire de l'Elbe. Tout d'abord, on s'est tout particulièrement soucié de réduire le risque d'explosion mais on s'est vite rendu compte que la concentration de gaz était bien en-dessous de la limite
d'inflammabilité (niveau de concentration en pourcentage) mais suffisamment élevée pour être toxique (niveau de concentration en ppm). On a procédé à la ventilation de la salle des machines et des cales à cargaison pour ramener la concentration des vapeurs d'épichlorhydrine à un niveau au-dessous de la TLV (Threshold Limit Value - valeur limite de seuil) . Pendant cette opération, on a mis en place un vaste périmètre de sécurité autour du navire (1 000 m), et des restrictions au trafic aérien en-dessous de 600 m d'altitude.

Les fûts endommagés ont été placés dans des surfûts et transportés vers une société de produits chimiques en vue de leur élimination. Les marchandises diverses ont été déchargées en dernier. 263 fûts endommagés et 2 200 litres d'épichlorhydrine ont été évacués en vue de leur élimination. On a estimé que 8 100 litres environ d'épichlorhydrine s'étaient évaporés durant l'opération.

Au cours de l'opération, aucun remorqueur équipé d'un matériel de surveillance des gaz toxiques n'était disponible. De plus, les vapeurs d'épichlorhydrine se sont révélées être plus dangereuses que prévu et 30 des personnes, ayant pris part à l'intervention ou appartenant aux médias, ont dû subir un examen médical.

Dernière modification 2020-12-09T12:11:05+00:00